L’homéopathie, une thérapeutique parmi d’autres

Les progrès scientifiques réalisés depuis près d’un siècle ont permis à la médecine de venir à bout de plusieurs maladies grâce à une meilleure connaissance de leur physiopathologie, la découverte de nombreuses molécules chimiques et le  développement de techniques interventionnelles

Cependant nous assistons à un usage de plus en plus répandu de  thérapeutiques groupées sous le nom de « médecine alternative », de « médecine traditionnelle », de « médecine complémentaire ou parallèle » ou parfois même de « médecine douce ». En effet dans de nombreux pays, comme le notre, leur popularité est alimentée par les inquiétudes au sujet des effets nocifs des médicaments chimiques et par leur efficacité dans des domaines où l’allopathie, thérapeutique conventionnelle, montre de vraies limites.  

L’organisation mondiale de la santé, dans sa stratégie pour la médecine traditionnelle pour 2002 – 2005 a insisté pour que ces thérapeutiques, désormais regroupées sous l’appellation de Médecines Complémentaires et Alternatives (CAM : Complementary and Alternative Medicine),  jouent un rôle considérablement plus important au niveau de la réduction de la mortalité et de la morbidité par leur intégration aux systèmes nationaux de soins de santé, de manière appropriée en développant et en mettant en œuvre des politiques et programmes qui fournissent une base solide pour définir le rôle de ces « médecines alternatives » dans le cadre de l’offre d’un système de santé national, en s’assurant que tous les mécanismes réglementaires et juridiques nécessaires soient crées pour encourager et maintenir une bonne pratique et que l’authenticité, l’innocuité et l’efficacité des thérapies soient garanties.

L’OMS a renouvelé, en mai 2009 lors de son assemblée générale, ses priorités concernant la médecine traditionnelle y compris les médecines complémentaires et alternatives, comme l’homéopathie.

Actuellement, on parle de plus en plus de médecine intégrative pour désigner le recours simultané à la médecine conventionnelle ainsi qu’aux médecines alternatives dans le suivi d’un patient.

Mais l’homéopathie, est ce vraiment une médecine ?

L’homéopathie n’est même pas une médecine. Il s’agit d’une thérapeutique qui agit dans le même sens que le mode réactionnel global de l’organisme, dans le même sens de ses autodéfenses, en communion avec elles. Elle les stimule pour les rendre plus efficaces et c’est pour cela qu’elle nécessite des doses faibles voire infinitésimales. La thérapeutique homéopathique est donc réactionnelle alors que la thérapeutique classique ou allopathie se traduit le plus souvent des gestes d’inhibition (Anti-inflammatoires, antibiotiques…) ou de substitution (Hormones, produits de synthèse…). Elle est coercitive  ou substitutive.

Le médecin homéopathe est avant tout un médecin qui, à la suite d’un examen clinique complet et éventuellement d’examens complémentaires va poser un diagnostic nosologique et émettre un pronostic. Mais lors de la prescription il aura à choisir la thérapeutique appropriée en tenant compte de l’efficacité, de l’innocuité et parfois même du coût du traitement tout en sachant que l’homéopathie comme l’allopathie a ses limites.

En fait le médecin sera à la recherche de la meilleure complémentarité, pour chaque maladie et pour chaque malade, des différents moyens thérapeutiques.

L’homéopathie peut être indiquée seule, de première intention : viroses, troubles émotionnels aigus, préparation à l’accouchement…

 Elle peut aussi être associée à l’allopathie pour le traitement de terrain de certaines pathologies récidivantes ou allergiques.

Enfin, l’homéopathie peut être employée en complément d’autres thérapeutiques pour en potentialiser l’action ou pour en atténuer les effets secondaires.

Actuellement, on rencontre de plus en plus de médecins qui ont ajouté l’homéopathie à une spécialisation médicale. De même qu’il y a des médecins généralistes homéopathes, il y a  des pédiatres homéopathes, des gynécologues, des pneumologues, des oto-rhino-laryngologistes, des dentistes, des cardiologues, des rhumatologues homéopathes…

Pin It on Pinterest